Arbres et Troncs Fantastiques de jean-françois duloir

Arbres et Troncs Fantastiques de jean-françois duloir

Les arbres, des troncs communs

 

Toutes les photos du blog sont de Jean-François Duloir.

Elles ont été parametrées en basse définition pour les nécessités du blog.

Reproduction interdite (sauf pour un usage personnel et limité) 

 

 

Chacun peut être roi au royaume des aulnes, 

Chacun peut trouver son chateau dans une forêt d'ifs 

 

 

Quand l'arbre deviendra dinosaure, tu seras un tronc mon if...

 

 

 Chemins de Quinquis (Finistère), if couché par la tempête de décembre 1999

 

 

 

Peu me chaud de connaître le nom et le classement des espèces, quand l'arbre se fait monstre, dévot ou Dieu, quand l'aubaine de l'aubier disparaît et qu'il ouvre ses entrailles...

 

Les chrétiens de Karl der Grosse ont vaincu les païens de Widukind. Ceux qui croient en Jésus fils de Dieu tiennent à leur merci ceux qui nomment Dieu dans le secret des bois... C'était en l'an 782, durant la guerre impitoyable des Francs et des Saxons.

C'est ainsi que Charlemagne dévasta la Saxe pour faire l'Europe chrétienne au détriment du peuple de Widukind qui avait comme Dieu un arbre.

 

 

 

 

 

« Moi j’aime les arbres, parce qu’ils sont arbres sans ma pensée »

F. Pessoa

 

mes albums sur Géo.fr : //album-photo.geo.fr/ap/membre/198524/

 

 

Je m’émerveille constamment… Les arbres et les nuages en sont deux principales raisons.

Les arbres qui, au fil du temps, deviennent des troncs sculptés des fantasmagories (sans lanternes -furent-elles magiques- mais parfois potences), des refuges pour effraies qui font peur, pour des vermines qui sauvent nos terres...

Et les nuages qui transforment le ciel de Bretagne en tableaux de Turner, tableaux mouvants, clichés instantanés (souvent rayés, comme un mauvais disque, par des zombies pressés dans des tubes volants, entassés dans des engins trop identifiés et qu'on voudrait accroître au nom d'une "loi des marchés" en pleine turbulences)...

 

L’arbre, qui marque le chemin, qui renforce le talus, qui retient les vents furieux du large, qui ombrage la parcelle de près pour un peu de fraîcheur qu’une Pis Noire ou un Postier Breton savoure, l’arbre qui tend ses branches aussi hautes que possible pour retenir l’inévitable dérèglement climatique, l’arbre parfois millénaire sur le champ de l'histoire, parfois éphémère en terrain hostile, cet arbre meurt un jour et continue de frapper les esprits, pour celui ou celle qui sait régler le bon collimateur sur son tronc, sculpture fantasque que bien peu de regards admirent.

Avec trois collimateurs, 10,5 millions de pixels et un 18/55mn j’ai choisi de les extraire, le temps d’un cliché, de leur éternité ignorée.

 

Je dédie ce site à Jacques Dutronc, Marie Laforêt, Paul Auster… Mais surtout pas à cette fidèle chienne Lassie.

Allez savoir pourquoi !

 

Jean-François Duloir

 

 

Il y a des feuilles, beaucoup de feuilles sur les arbres de mon pays.

Les branches sont libres de n’avoir pas de fruits. (René Char)

 

 

 

Dans un autre blog je vous emmènerai dans les nuages !

 

 

 

au large, entre la Bretagne et l'Irlande